Les molosses : conseils et informations sur les gros chiens

Le molosse ou molossoïde : définition et principales races de chiens

Par déformation, le terme « molosse » est utilisé pour désigner les grands chiens dotés d’un caractère dangereux. Or, il n’en est rien. Les vrais amateurs de canidés savent qu’un molosse n’est pas méchant par nature, mais développe tout simplement un physique atypique.

Définition d’un molossoïde

La définition d’un molossoïde est encore floue. Désigné comme étant un grand Dogue par le Dictionnaire Hachette, comme un grand chien de garde par le Larousse ou encore par un chien de famille type Bouledogue par Wikipédia, chacun y va de sa propre explication. Idem dans le langage courant où un molosse sert à définir un grand chien de nature dangereuse. En réalité pourtant, cette expression indique une morphologie particulière plutôt qu’une race. Le problème est qu’elle n’est encadrée par aucune loi, d’où cette polémique sur sa réelle définition. On a tendance alors à s’en remettre tous à l’explication du docteur vétérinaire Jean-Pierre Mégnin. Ainsi, il désigne un molossoïde comme un canidé doté d’un corps et d’une tête trapu, de babines fortes et longues, d’un museau court et de petites oreilles tombantes. La Fédération cynologique internationale décline les molosses en deux catégories : les molossoïdes type montage et les molossoïdes type dogue.

Les molosses type dogue

Dans cette catégorie de molosse type dogue, on retrouve notamment le Cane Corso, le Dogue Argentin ou encore le Bouledogue anglais. D’origine italienne, le Cane Corso est un descendant des chiens de guerre romains. Il bénéficie d’une apparence musclée et solide avec sa robe rouge, noir arborant des nuances de fauve ou de gris. Il s’agit d’un chien équilibré, énergique et intelligent qui a besoin de beaucoup d’activités physiques.

De son côté, le Dogue Argentin est né sous l’impulsion du docteur Antonio Nores Martinez qui croisa plusieurs chiens (Bouledogues, Mastiffs et Bull Terriers). Cette race reste très appréciée pour son caractère franc, joyeux et aimable. Elle excelle dans les activités de chasse grâce à son courage et sa ruse, mais peut aussi être un formidable animal de compagnie.

Le Bouledogue anglais pour sa part sort un peu du lot, car c’est le moins sportif de tous. Reconnaissable par ses grosses babines pendantes qui lui donnent un air ronchon, ce chien est réservé, doux et très calme. Il est plutôt pantouflard et préfèrera dormir près de la cheminée plutôt que de faire des exercices physiques.

Les molosses type montagne

Le Terre-Neuve, le Saint-Bernard ainsi que le Leonberg forment notamment cette catégorie. Sous ses airs de gros nounours et ses allures calmes, le Terre-Neuve cache beaucoup de courage et une importante capacité de travail. Il s’agit aussi d’un nageur hors pair grâce à ses pattes palmées. Il est apprécié pour sa loyauté, son naturel joyeux et sa bonne humeur.

Le Saint-Bernard bénéficie des mêmes qualités que son homologue. Il est doux, sociable, calme et tranquille. Il se distingue par-dessous tout par sa taille impressionnante.

Dernier et non des moindres : le Leonberg se démarque lui aussi par son apparence massive et puissante. Il serait d’ailleurs issu d’un croisement entre le Saint-Bernard et le Terre-Neuve. C’est une race qui est dépourvue de toute agressivité malgré sa taille. Ce chien est protecteur envers les enfants et se montre très affectueux envers ses maîtres.